La production immobilisée

Lorsqu’une entreprise crée, en interne, un logiciel spécifique à sa gestion, ou fabrique un outil en vue d’une production ultérieure, ou encore construit elle-même un bâtiment, elle comptabilise ensuite ces moyens en immobilisation dans le bilan. Comment doit-on les prendre en compte et les évaluer lorsqu’ils ne sont pas terminés ?

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, fait le point sur la notion de production immobilisée.

 

Définition

La production immobilisée désigne toutes les (futures) immobilisations créées par l’entreprise et conservées par celle-ci en vue de leur immobilisation. Elles figureront à l’actif du bilan comptable.

La production immobilisée correspond donc à la somme des travaux effectués pour le propre compte de l’entreprise. Par exemple: l’entreprise crée un logiciel en interne.

 

1 – Que comprend la production immobilisée ?

Les immobilisations acquises s’évaluent à leur coût d’achat. Par contre, la valeur de la production immobilisée se détermine de façon plus difficile. Elle présente quelques particularités comptables, puisqu’on va chercher son coût dans la propre comptabilité de l’entreprise.

En effet, la valeur d’entrée dans le patrimoine de l’entreprise s’évalue selon son coût de revient. Celui-ci se détermine de la manière suivante, par l’addition des :

  • coûts des matières consommées et d’approvisionnement
  • charges directes de production :
    • matières et fournitures consommées,
    • coût de la main d’œuvre directe (salaires et charges sociales),
  • charges indirectes de production :
    • part des charges administratives,
    • consommation électrique affectée,
    • part des amortissements des ateliers utilisés,

Dans tous les cas, il s’agira des charges essentielles à la mise en place du bien immobilisé ou de l’immobilisation en cours. Celles-ci se rattachent directement à l’immobilisation.

 

2 – Traitement comptable

Le traitement comptable consistera, d’une certaine façon, à “annuler“ des charges dans le compte d’exploitation (ce qui “améliorera” le résultat).

Les travaux de production du bien “à immobiliser” peuvent se réaliser sur plusieurs exercices. Quand la production d’une immobilisation s’étale sur plus d’un exercice comptable, il faut comptabiliser une » immobilisation en cours » à la clôture de chaque exercice comptable jusqu’à ce que l’immobilisation soit terminée.

La comptabilisation de la production immobilisée en cours s’effectue de la manière suivante:

  • le coût réel de production de l’immobilisation en cours se comptabilise au débit du compte 23 “ immobilisations en cours”,
  • En contrepartie, on crédite le compte 72 “ production immobilisée”.

Quand s’achève la réalisation de l’immobilisation,  on passe l’écriture suivante :

  • le montant de l’immobilisation en cours comptabilisé sur le dernier exercice clos se porte au crédit du compte 23 “ immobilisations en cours ”, (de façon à le solder pour cette opération),
  • la partie de l’immobilisation réalisée sur l’exercice clos se porte au crédit du compte 72 “ production immobilisée ”,
  • La somme de ces deux opérations s’inscrit, en contrepartie, au débit du compte de classe 2 “immobilisations” (en fonction de la nature de l’immobilisation).

 

Remarque :

Une immobilisation corporelle peut comporter plusieurs éléments ayant une durée de vie ou une durée d’amortissement différente, comme des murs, ou bien la toiture d’un immeuble. Dans ce cas, chaque composant doit se comptabiliser séparément afin de pouvoir associer à chacun son propre plan d’amortissement.

 

Conclusion :

Même si la technique comptable peut paraître un peu complexe, il faut retenir que le bien qui est auto-produit par l’entreprise aura un impact sur le bilan et le compte de  résultat. On neutralise le coût de production  dans le résultat lors de la création de l’immobilisation. Et, finalement, on « étale » (amortissement) ce coût sur plusieurs exercices pendant l’utilisation du bien créé.

 

Cet article vous a intéressé ? Dites le nous dans les commentaires ci-dessous ! Pour en savoir plus sur les immobilisations, les amortissements et leur comptabilisation, retrouvez nos articles sur le blog de Valoxy :

La production immobilisée

6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sonia Robert
2 années

Bonjour,
Je suis gérante de Micro-Crèche.
L’an dernier, j’ai engagé des personnes en CDD (Technicien du batiment) afin de faire des travaux dans une nouvelle structure et d’autres dans mes anciennes strucutres.
Lors d’une formation on m’a dit que je pouvais ainsi faire ce qu’on appel de la production immobilisé, dans le sens prendre les salaires et charges, et les factures de matérielle y relative et immobilisé pour ainsi partager les charges sur plusieures exercices ce qui m’arrange.
Mon comptable me dit que c’est possible que pour des entreprises type industrielle. J’ai demandé les textes mais silence radio.
Hors de ce que je trouve sur internet, il me semble qu’on puisse le faire quelque soit le type d’entreprise.
Pourriez-vous m’aider svp.
Merci 🙂

ISAAC
1 année

Ces explications m’ont aidé dans le cours D’ANLYSE FINANCIÈRE, Et j’en remercie le concepteur.

Loval
1 année

Bonjour, je suis en SASU en tant que gérant bénévole. Quelles seraient les étapes légales pour mettre en production immobilisée une partie de mon temps de travail, utilisé pour concevoir le produit que l’entreprise va vendre? Merci.