logo valoxy

81 Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

Travailleur non-salarié ou assimilé salarié : le régime social du dirigeant d’entreprise

Tout entrepreneur est affilié à une caisse de protection sociale spécifique. Celle-ci varie selon la forme juridique de l’entreprise qu’il dirige. Il pourra choisir le statut de travailleur non-salarié (TNS) affilié au Régime Social des Indépendants (RSI) ou bien celui d’assimilé salarié affilié au régime général de la Sécurité sociale. Du régime social du dirigeant TNS  dépendent ses cotisations et sa couverture.

TNS ou assimilé salarié ? RSI ou régime général ? Quelles différences entre les deux régimes ? Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, fait le point sur le régime social du dirigeant TNS.

Depuis 2018, la SSI (Sécurité Sociale des Indépendants) gère directement la protection sociale des indépendants en lieu et place du RSI (Régime Social des Indépendants).

Concrètement, cela signifie que ce sont les caisses du régime général de la Sécurité sociale qui assurent la collecte et la gestion des cotisations. Cela ne remet pas en cause les taux et modalités de cotisations spécifiques aux indépendants. Un pôle dédié aux ex-affiliés au RSI existe ainsi dans chaque branche de la Sécurité sociale :

  • la CPAM pour l’assurance maladie,
  • les CARSAT pour l’assurance retraite,
  • l’URSSAF pour les prélèvements sociaux,
  • les CGSS pour les indépendants domiciliés dans les DOM.

Ces pôles dédiés constituent dorénavant la SSI. Les mentions RSI de cet article se rapportent donc maintenant à la SSI. 

Focus vidéo Valoxy : TNS (travailleur non salarié), protection sociale du dirigeant.

[flowplayer id= »18738″]

 

dirigeant s'interrogeant

Le régime social du dirigeant d’entreprise

Régime Social des Indépendants (RSI) ou régime général de la Sécurité sociale ?

Le Régime Social des indépendant (RSI) gère la protection sociale des travailleurs non-salariés (TNS), à savoir :

  • Les chefs d’entreprise individuelle, notamment les autoentrepreneurs,
  • Les dirigeants majoritaires de SARL.

Le régime général de la Sécurité sociale gère la protection sociale des assimilés salariés, à savoir :

  • Les dirigeants minoritaires de SARL,
  • Les dirigeants égalitaires de SARL,
  • Les présidents de SAS.

Dirigeants de SARL : les règles de la majorité

Dirigeant majoritaire, minoritaire ou égalitaire ? Le détail a son importance puisque, nous l’évoquions ci-dessus, le nombre de parts sociales que détient le gérant de SARL joue sur son régime social et la caisse à laquelle il sera affilié.

Un gérant est considéré comme majoritaire si la somme des parts de tous les gérants (s’ils sont plusieurs), de leur conjoint marié ou pacsé et de leur(s) enfant(s) mineur(s) est supérieure à 50 % du capital social de la société. Ainsi, un gérant qui détient 40 % des parts sociales sera considéré comme majoritaire si son conjoint en détient également 11 %, par exemple.

Dans le cas inverse, le gérant sera considéré comme minoritaire.

Un gérant est considéré comme égalitaire lorsqu’il détient 50 % des parts sociales de la société.

Panneau attention !Attention : une SARL dont deux gérants se répartissent les pouvoirs seront toujours considérés comme majoritaires affiliés au RSI, même si l’un d’eux détient moins de 50 % des parts sociales ou si chacun en détient la moitié, puisqu’il s’agit d’additionner la somme des parts de tous les gérants pour définir le régime social adéquat.

Notez qu’en SAS, les règles de majorité ne jouent pas sur le régime social. Le président de SAS, majoritaire ou non, doit toujours s’affilier au régime général de la Sécurité sociale.

RSI : les modalités de calcul des cotisations sociales

Logo_RSILe taux de cotisations sociales est en moyenne de 45 % du revenu professionnel. Le dirigeant reçoit un échéancier  en début de chaque année civile. Il récapitule l’acompte de cotisations sociales qu’il devra verser chaque mois ou chaque trimestre. L’acompte se calcule sur la base du revenu professionnel N-2 (2013 pour 2015).

Au mois de mai de chaque année civile, la Déclaration Sociale des Indépendants (DSI) mentionnant le revenu professionnel N-1 (2014 pour 2015) est transmise au RSI qui procède alors à l’envoi d’un second échéancier comprenant :

  • Les acomptes restant à verser dans l’année, régularisés par rapport à l’année N-1,
  • Une régularisation correspondant à la différence des charges sociales à verser entre N-2 et N-1 (soit entre 2013 et 2014).

Notez qu’un forfait minimum de cotisations sociales est à verser pour les parties maladie et retraite, même si le dirigeant déclare un revenu professionnel nul.

Régime général de la Sécurité sociale : les modalités de calcul des cotisations sociales

Le taux de cotisations sociales est en moyenne égal à 65 % du revenu professionnel. Un prélèvement s’effectue chaque mois au prorata de la rémunération versée au dirigeant. Son montant est transmis à la caisse de protection sociale via l’équivalent d’une fiche de paie.

En l’absence de rémunération, aucune cotisation ne sera réclamée mais aucun point de retraite ne sera non plus accumulé.

dirigeant devant un sigle pourcentage

Le régime général de la Sécurité sociale dont relèvent les assimilés salariés est le même que celui des salariés au statut cadre. Le taux de cotisations sociales est certes plus important qu’au RSI. Mais il englobe une meilleure couverture sociale, notamment en ce qui concerne la retraite.

Le revenu professionnel

Le revenu professionnel qui sert d’assiette de calcul des cotisations sociales dépend de la forme juridique de l’entreprise. Que cela concerne le RSI ou le régime général, il correspond :

  • au chiffre d’affaires pour les autoentrepreneurs,
  • au résultat fiscal pour les entreprises individuelles ou les sociétés soumises au régime du réel à l’impôt sur le revenu,
  • à la rémunération du dirigeant pour les SAS,
  • à la rémunération du dirigeant. (en y ajoutant le cas échéant la part du dividende supérieure à 10 % du capital social et de la moyenne des comptes courants pour les SARL).
En conclusion, la forme juridique de l’entreprise influe sur le régime social de son dirigeant, sa couverture sociale et le montant des cotisations qu’il devra verser. Une analyse approfondie de sa situation personnelle et des simulations fiscales et sociales est indispensable avant de faire un choix. Pensez-y !

 Pour en savoir plus sur le régime social du dirigeant TNS et le RSI, consultez nos articles sur le blog Valoxy :

tns

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas de commentaire

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.