logo valoxy

81 Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

Que risque le dirigeant en procédure collective ?

Lorsqu’une entreprise se place en procédure collective, cela signifie qu’elle éprouve des difficultés. Ces difficultés peuvent avoir des raisons économiques, financières, ou encore juridiques. Qu’en est il du risque du dirigeant en procédure collective ?

Le droit des procédures collectives est assez clément en France. Au sens où l’on ne tiendra pas rigueur à un dirigeant (personne physique) dont l’entreprise connaît des difficultés si celles-ci sont d’ordre conjoncturel. En revanche, si l’entreprise est en difficultés à cause d’une mauvaise gestion, voire d’une gestion frauduleuse, la responsabilité du dirigeant peut être recherchée. Ce dernier risquera diverses sanctions, aussi bien professionnelles que pénales.

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, procède dans cet article à un tour d’horizon des sanctions encourues.

Quels sont les dirigeants concernés ?

Sont concernés les représentants légaux d’entreprises en liquidation ou redressement judiciaire,  que l’activité exercée soit commerciale, artisanale, agricole ou indépendante (professions libérales).

Les dirigeants dont l’entreprise fait l’objet d’une procédure de sauvegarde sont exclus car cette dernière suppose une absence de cessation de paiements et donc de gestion « anormale ». De plus, on cherche à rendre cette procédure attractive et privilégier la prévention des difficultés.

En revanche, il peut s’agir aussi bien des dirigeants de droit (gérant de SARL, président de SAS, membre du conseil d’administration, EIRL…) que des dirigeants de fait (personnes exerçant les fonctions de direction sans être « officiellement » dirigeant). Ici, la loi ne fait aucune distinction et on recherchera la responsabilité de ceux qui dirigeaient effectivement l’entreprise.

Quel risque du dirigeant en procédure collective ? Les sanctions encourues

Le risque du dirigeant en procédure collective ? Les sanctions encourues sont de deux natures. Il peut s’agir de sanctions d’ordre professionnel mais également de sanctions pénales.

Les sanctions professionnelles

Le comblement de passif

Le redressement et la liquidation judiciaire d’une entreprise se soldent souvent par une clôture pour insuffisance d’actif, l’entreprise ne pouvant plus faire face à ses dettes (état de cessation des paiements). Dans ce cas, s’il apparaît que cet état est dû ou a été aggravé par une mauvaise gestion de la part du dirigeant, ce dernier peut être tenu responsable et être condamné à combler le passif (payer les dettes de l’entreprise) avec ses deniers personnels.

La faillite personnelle

Elle peut être prononcée à l’encontre des dirigeants de personnes morales ou à l’encontre d’un EIRL si sont constatés des faits de gestion « anormale », comme l’abus de biens sociaux, l’augmentation frauduleuse de passif, l’absence de déclaration de la cessation de paiements,… (voir la liste des cas aux articles L 653-3 à L 653-6 du Code de commerce).

Elle emporte interdiction de diriger, gérer, administrer ou contrôler, directement ou indirectement, toute entreprise commerciale ou artisanale, toute exploitation agricole ou toute entreprise ayant toute autre activité indépendante, ainsi que toute personne morale.

A noter que la durée de cette sanction est fixée librement par le juge mais ne peut excéder 15 ans.

En cas de faillite personnelle, le dirigeant peut également se voir interdire d’exercer une fonction publique élective. (d’une durée maximale de 5 ans).

La « simple » interdiction de gestion

Elle peut se prononcer à la place de la faillite personnelle. L’interdiction a les mêmes effets mais constitue une peine « alternative » à la faillite personnelle. Elle pourra plus facilement s’adapter en fonction des cas, qu’il s’agisse de la durée ou l’étendue de l’interdiction.

Les sanctions pénales

La banqueroute

Cette sanction peut se prononcer à l’encontre des mêmes personnes que la faillite personnelle. Mais sont également concernées les personnes morales (dirigeantes d’autres sociétés qui seraient placées en redressement ou liquidation judiciaire) et les éventuels complices qui ne pourraient être concernés par la faillite personnelle.

Sont coupables de banqueroute, les personnes ayant tenté d’éviter ou de retarder le redressement judiciaire, détourné ou dissimulé tout ou partie de l’actif, frauduleusement augmenté le passif, tenu une comptabilité fictive ou manifestement incomplète. (voir la liste à l’article L 654-2 du Code de commerce).

Cette sanction peut être cumulée avec la faillite personnelle ou l’interdiction de gestion.

La banqueroute est une infraction pénale punie de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Les complices (personnes physiques) risquent la même chose. Les personnes morales (sociétés) risquent jusqu’à 5 fois plus.

Les autres sanctions pénales

Ces autres sanctions sont listées à l’article L 654-5 du Code de commerce. Mais elles ne constituent que des peines complémentaires. (comme par exemple la suspension des droits civiques ou encore l’exclusion des marchés publics).

Quel est le tribunal compétent ?

En ce qui concerne les sanctions civiles (professionnelles), le tribunal qui a ouvert la procédure collective est compétent. Il s’agira la plupart du temps du tribunal de commerce.

Pour ce qui est des sanctions pénales, c’est le tribunal correctionnel.

Vous souhaitez en savoir plus sur les procédures collectives et le risque du dirigeant en procédure collective ?  Retrouvez nos articles sur le blog de Valoxy :

création d'entreprise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas de commentaire

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.