L’abus de biens sociaux

Lorsque le dirigeant d’une société utilise les biens de l’entreprise à des fins purement personnelles et en contradiction avec l’intérêt social, il se rend coupable du délit d’abus de biens sociaux (ABS).

Comment ce délit est-il constitué ? Que risque le dirigeant ? Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, fait le point.

Définition de l’abus de biens sociaux

Immeuble bleu pour illustrer la reprise d'une entrepriseEn premier lieu, il faut préciser que la notion d’abus de sociaux s’applique uniquement en présence d’une société. En effet, il n’est constitué que lorsque le dirigeant et son entreprise sont deux entités distinctes, possédant chacune leur patrimoine propre. Les personnes exerçant en nom propre (Entrepreneur Individuel (EI), EIRL, auto-entrepreneur) ne peuvent pas commettre d’ABS.

Le licenciement pour inaptitudeEn revanche, peuvent commettre un ABS, le gérant associé unique d’EURL et le président associé unique de SASU, bien que ces derniers possèdent 100% du capital social de leur société.

L’abus de biens sociaux est un délit. Il se définit notamment par l’article L 241-3, 4° du Code de commerce comme :

«  Le fait, pour les gérants, de faire, de mauvaise foi, des biens ou du crédit de la société, un usage qu’ils savent contraire à l’intérêt de celle-ci, à des fins personnelles ou pour favoriser une autre société ou une autre entreprise dans laquelle ils sont intéressés directement ou indirectement ».

L’ABS est donc constitué dès lors que le dirigeant utilise les biens de la société à des fins personnelles et ce, au détriment de l’intérêt social.

expert comptableLes biens peuvent indifféremment être des biens mobiliers (argent, véhicule…) ou des biens immobiliers (locaux).

A noter que si cette utilisation frauduleuse des biens sociaux aboutit à la cessation des paiements, un autre délit est alors constitué : la banqueroute.

Qui peut commettre un ABS ?

Tout d’abord, seule des personnes physiques peuvent commettre un abus de biens social. Une société ne peut pas commettre ce type de délit.

assemblée générale 6Ensuite, il ne peut s’agir que des dirigeants, ce qui exclut les salariés ou encore les associés (même si ces derniers peuvent commettre d’autres délits approchants, comme l’abus de confiance).

Enfin, il ne peut s’agir que des dirigeants de sociétés commerciales à responsabilité limitée, ce qui exclut donc les dirigeants de SNC, de sociétés civiles ou encore d’associations.

Peuvent donc principalement commettre des abus de biens sociaux :

  • Les gérants de SARL (ou EURL) ;
  • Les gérants de SCA ;
  • Les présidents de SAS (ou SASU) ;
  • Les présidents, directeurs généraux, administrateurs de SA.

Attention : Les dirigeants de fait de ces structures peuvent également se rendre responsables d’abus de biens sociaux.

Les sanctions 

juridique 1S’agissant d’un délit pénalement répréhensible, le dirigeant qui se rend responsable d’un abus de biens sociaux s’expose à une peine de 5 ans de prison ainsi qu’à une amende de 375 000 euros.

A noter que si l’abus de biens sociaux a été réalisé ou facilité au moyen de comptes ou par l’interposition de personnes (ou de sociétés) situées à l’étranger, la peine encourue est portée à 7 ans de prison et l’amende à 500 000 euros.

La prescription de l’ABS

Le délai de prescription du délit d’abus de biens sociaux est de 3 ans. Mais comme les actes frauduleux sont la plupart du temps dissimulés, le délai ne commence pas à courir au jour où ils sont commis. Le délai commencera à courir :

  • Soit au jour de la présentation des comptes annuels si ces derniers font apparaître les dépenses frauduleuses ;
  • Soit au jour de la découverte des faits.

La « victime » de l’ABS

création d'entrepriseLa « victime » de l’abus de biens sociaux ne peut être que la société qui a vu ses biens utilisés frauduleusement et à des fins personnelles par son propre dirigeant.

Par conséquent, cette dernière a la possibilité de se constituer partie civile :

  • Soit par l’intermédiaire de son représentant légal ;
  • Soit par l’intermédiaire des associés.

A noter que les éventuels dommages et intérêts se versent directement à la victime, donc à la société lésée.

Vous souhaitez en savoir plus ? Retrouvez nos articles autour du thème de l’abus de biens sociaux (ABS) sur le blog de Valoxy :

comptes annuels
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires