Moisson 2022 : tenir compte du risque incendie

Déjà terminée dans certaines régions, bien entamée pour d’autres, la moisson 2022 se place sous le signe d’un risque incendie élevé. Au point que dans plusieurs départements, les préfets ont ponctuellement interdit de moissonner à certaines heures de la journée.

Au 20 juillet, on compte en effet trois fois plus de surfaces brulées que la moyenne des cinq dernières années. Une machine qui s’embrase, la coupe qui frotte un silex provoquant des étincelles, un mégot jeté négligemment par un conducteur peu scrupuleux, tous ces éléments couplés avec la chaleur et le vent persistants de ces derniers jours, expliquent ces chiffres.

La prudence reste de mise. Même sans arrêté préfectoral, certains agriculteurs et entrepreneurs décident d’eux-mêmes d’attendre pour récolter, le risque étant trop élevé. D’autres mettent à proximité des champs en cours de récolte des tonnes à lisier remplies d’eau ou des déchaumeurs, pour entourer le feu, enfouir les chaumes, et réagir ainsi rapidement en cas de départ de feu.

Saluons ces agriculteurs engagés aux côtés des SDIS pour aider à la lutte contre les incendies, notamment dans l’Oise.

Le dispositif de prévention et d’anticipation du risque de feu de récolte, mis en place en 2021, est reconduit pour 2022. Il est détaillé dans le petit guide de prévention des incendies de récolte, édité par la Chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais.

Cette brève sur la moisson 2022 vous a intéressé ? Dites-le nous dans les commentaires ci-après ! Retrouvez également nos autres articles, sur le blog de Valoxy :

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires