Le commissaire à la fusion

À l’occasion du regroupement de deux ou plusieurs sociétés en une seule, les entreprises font appel à un commissaire à la fusion. Le code de commerce prévoit à son article L 236-10 la nomination d’un ou de plusieurs commissaires à la fusion.

Leur mission va consister à émettre un avis sur l’opération de fusion et de rédiger un rapport sur celle-ci. En effet dans un autre article sur les fusions nous avons vu l’importance de l’évaluation d’entreprise dans ce type d’opérations.  Le commissaire à la fusion va venir s’assurer que cette évaluation est pertinente et équitable.

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, vous expose dans cet article  les tâches qui incombent au commissaire à la fusion, et surtout, quel est son rôle. 

La mission du commissaire à la fusion

Il est chargé d’évaluer l’opération de fusion, c’est à dire d’émettre un avis sur les critères qui ont permis l’évaluation de l’entreprise, mais également sur l’équité du rapport d’échange.

Le commissaire à la fusion se doit de rédiger un rapport qui sera remis aux actionnaires un mois au moins avant l’assemblée générale chargée d’approuver ladite fusion. Ce rapport doit notamment mentionner :

Le rapport du Commissaire à la fusion doit émettre un avis favorable ou défavorable sur l’évaluation d’entreprise et le rapport d’échange.

Le statut du commissaire à la fusion

Le commissaire à la fusion: à quoi sert t-il ?Il est désigné par ordonnance du Président du Tribunal de Commerce. Il se choisit parmi les commissaires aux comptes ou les experts judiciaires. Les commissaires aux comptes des sociétés participant à l’opération de fusion ne peuvent pas être nommés commissaires à la fusion. Par ailleurs, le commissaire à la fusion répond aux mêmes incompatibilités que les commissaires aux comptes. (au regard des règles d’indépendance notamment).

Il est possible de suggérer un nom au Président du Tribunal de Commerce qui doit nommer un Commissaire à la Fusion. Cependant, la personne en question ne doit pas faire l’objet d’une incompatibilité. Cette suggestion est, en tout état de cause, laissée à l’appréciation du Président du Tribunal.

Les structures juridiques suivantes prévoient la désignation d’un commissaire à la fusion : 

Les droits du Commissaire à la Fusion

Afin de mener à bien sa mission, le Commissaire à la fusion peut se faire communiquer l’ensemble des documents qu’il juge utile. Il peut également procéder à l’ensemble des vérifications qu’il estime nécessaire.

Il devra notamment prendre connaissance des conditions économiques et juridiques dans lesquelles la fusion à lieu ainsi que les objectifs précis visés par cette opération.

Le commissaire à la fusion doit également s’assurer que les différentes méthodes d’évaluation ont été appliquées de façon adéquate afin de déterminer la valeur d’entreprise la plus précise possible. En outre, le rapport d’échange établi pour l’opération de fusion ne doit pas favoriser une catégorie d’actionnaires.

En cas de fusion simplifiée, la nomination d’un commissaire à la fusion n’est pas nécessaire. L’assemblée statue au vu du rapport du Commissaire aux Apports.

Conclusion

Le commissaire à la fusion a donc un rôle important à jouer dans l’opération de fusion (ou de scission ou d’apports partiels d’actifs). En effet il va agir comme une autorité indépendante chargée de contrôler la pertinence de l’évaluation d’entreprise et de garantir l’égalité entre les actionnaires, notamment pour la détermination de la parité d’échange.

Pour plus d’informations sur l’évaluation de l’entreprise et la fusion, retrouvez nos articles sur le blog de Valoxy :

réunion de travail 11
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires