logo valoxy

81 Rue du Pré Catelan
La Madeleine, Nord-Pas-de-Calais
Tél : +33 (0) 3 20 39 33 47

TOP Droit social

Qu’est-ce que le revenu universel ?

Le “revenu universel”, déjà théorisé au XVIème siècle, refait régulièrement surface. Qu’il s’appelle “revenu d’existence”, “allocation universelle”, “impôt négatif”, “revenu minimum inconditionnel”, “revenu socialisé”, “revenu de base inconditionnel” “salaire minimum de vie”, il procède globalement de la même philosophie.

Il serait la solution à tous nos maux, chômage, immigration, précarité, extrême pauvreté, etc. Mais qu’en est il vraiment ? Le revenu universel est il réellement “universel” ? Qu’entend-on par là ? Quelle est sa définition ?

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, fait un point sur la question.

 

Définition du “revenu universel”

Tout le monde – en principe – devrait s’accorder sur sa définition “a minima”. Le revenu universel est un montant fixe, versé par l’Etat à tous sans exception, ni de condition de ressources, ni de la situation de l’emploi, et sans contrepartie. Il peut être complété par d’autres sources de revenus.

Une sorte de “salaire minimum à vie”, inconditionnel (contrairement au RSA), sans distinction entre riches et pauvres. Et il ne crée aucune obligation quant à l’occupation de son temps. Ainsi défini, il pourrait même être automatisé, pour que personne n’ait à en faire la demande…

 

Déjà des premières divergences

Mais les avis divergent en fait sur presque tout !

  • l’âge minimum (dès la naissance, à la majorité ?),
  • le niveau de ressources (quel est le “niveau de pauvreté” à partir duquel on doit être “aidé” ?),
  • le cumul avec d’autres aides (RSI, RSA, allocations familiales, APL, chômage, couverture sociale, etc.)…

Chaque homme politique a, de fait, sa propre définition. Pendant la présidentielle de 2017, Benoît Hamon proposait initialement un versement de 600 € mensuels à “tous les français pauvres” et “tous les salariés gagnant jusqu’à 1,9 Smic par mois”. (Voir notre article Le revenu universel, comment ça marche ?). Manuel Valls souhaitait pour sa part créer un “revenu minimum décent”, s’adressant, non pas à tous, mais « à ceux qui en ont besoin”, en fusionnant les minima sociaux existants.

D’une façon générale, ses partisans à gauche optent plutôt pour un revenu “de base” qui couvrirait tous les besoins primaires des individus (logement, nourriture, etc.).

Cependant, selon le pays dans lequel on vit, ce revenu n’a pas la même signification ! En France, il existe déjà une couverture sociale étendue, avec le RSI, le RSA, les APL, les allocations familiales, le chômage, etc. Mais qu’en est-il dans les pays où il n’y a rien ?

En fait, les véritables questions qui se posent sont de savoir s’il s’agit d’un complément de revenu ou d’un revenu d’existence. S’il s’agit de l’expression de la solidarité nationale, ou de justice fiscale.

 

Quelques pistes et pensées philosophiques

Le philosophe anglais Thomas More (1478-1535) considérait que “si les hommes ont des devoirs envers la société, cette dernière en a aussi vis-à-vis deux… Et que le premier de ces devoirs est dassurer les conditions de leur survie”.

Le philosophe franco-américain Thomas Paine a développé en 1797 lidée dun « salaire minimum de vie » dans son essai « Justice agraire ».

Karl Marx imaginait en 1857 d’un « revenu socialisé ».

L’économiste américain Milton Friedman s’est prononcé en 1962 en faveur d’un impôt négatif dans « Capitalisme et liberté » : les plus pauvres bénéficieraient d’un crédit d’impôt qui leur serait reversé.

Le Pape François (2020) pense que « le revenu de base universel pourrait remodeler les relations sur le marché du travail en garantissant aux gens la dignité de refuser des conditions demploi qui les enferment dans la pauvreté ».

 

Expériences

Plusieurs régions, villes ou pays dans le monde ont déjà “expérimenté” le revenu universel : le Koweit, la Finlande, les États Unis, des villages pauvres de l’Inde, la ville d’Utrecht, aux Pays Bas. Des expériences ont eu lieu dès les années 68 aux États Unis, et les dernières, en Finlande, datent de 2017. Même si les conditions de chacune de ces expériences ne sont pas les mêmes (nombre de personnes, environnement, sommes versées, etc. ), elles permettent néanmoins d’en tirer des enseignements.

La plupart ont conclu à une amélioration du bien être, et surtout de la santé des participants. Moins de stress également, et une meilleure capacité de concentration, ainsi qu’une plus grande confiance en l’avenir pour les populations bénéficiaires.

Cependant, toutes les expériences ont été inefficaces à créer de l’emploi ou à remettre les bénéficiaires sur le chemin du travail. Il induirait même une baisse significative de l’emploi. (Pourquoi travailler, puisque je touche un minimum ?).

En fait, le revenu universel ne sort pas les populations tests de la dépendance. S’il peut soulager certaines contraintes économiques à court terme, il s’agit d’assistanat à long terme, qui maintient les bénéficiaires dans la “trappe à pauvreté”. (quand le travail est moins « rentable » que le revenu universel).

 

Le Pour…. et le Contre

Les défenseurs du revenu universel mettent en avant la satisfaction des besoins de base pour les plus pauvres, moins contraints économiquement. Ils vantent l’autonomie qu’il confère, la plus grande facilité à trouver un emploi, la lutte contre le chômage technologique, la suppression des effets de seuil (le montant de certaines aides par rapport aux revenus), le “paternalisme” des aides de l’État, etc.

Ses détracteurs pointent au contraire une dépendance encore plus grande vis-à-vis du reste de la société. Comme il ne crée pas de valeur, et ne peut pas faire baisser le chômage, il ouvre la porte à une dérive collectiviste, puisqu’il permet à l’État de prendre tout le monde en charge, “du berceau à la tombe” en créant une dépendance (de plus) au biberon étatique. Il détruit définitivement la notion de responsabilité.

Enfin, une critique plus “philosophique » le met en porte-à-faux vis à vis de la “valeur travail”, favorisant « le farniente” et la « résignation face au chômage”, voire la possibilité, pour un patron peu scrupuleux, d’offrir de plus bas salaires….

Le revenu universel questionne notre rapport au travail. Il pose les bases d’une “décorrélation” entre le travail et le salariat, et fait trembler les fondements de nos systèmes de pensée :

  • La religion catholique condamne l’oisiveté,
  • Le travail donne la dignité,
  • Il est une “obligation morale” vis à vis de la famille, et de la société,
  • La société encourage le travail et l’effort
  • etc.

 

Cet article vous a intéressé ? Dites-le nous dans les commentaires ci-après ! Et retrouvez nos autres articles sur le blog de Valoxy :

Qu’est-ce que le revenu universel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas de commentaire

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Ne cherchez plus l'information...

Avec nos newsletters, restez informé des dernières actualités .

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.